Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LE MONDE INCONNU
  • LE MONDE INCONNU
  • : Je suis une Maman de 46 ans, j ai trois filles de 23,19,19. Mais voilà, ma vie c'est arrêtée le 15/04/06. Estelle une de mes filles a eu un accident de voiture et se trouve en état neuro végétatif. Les familles concernées par un cas similaires sont invitées à me contacter ou à laiser leur témoignage sur le site de l association http://www.association-estelle.net Deux ans et demi après Estelle est en conscience minimale
  • Contact

livre d'or

 

 

 

 

 

 

 
NICOLA SIRKIS du groupe INDOCHINE
 parrain de coeur de l'association d'Estelle

http://www.indo.fr/


AXEL BAUER PARRAIN D HONNEUR DE L ASSOCIATION


http://www.myspace.com/axelbauer

Parrain également FRANK AMORY

 http://www.myspace.com/frankamory6

   








Signez le livre d'Or d'Estelle

en cliquant sur Aladin 

 



http://www.myspace.com/betty8341

Recherche

Estelle









Archives

Texte Libre

free counters

9 mai 2007 3 09 /05 /mai /2007 13:53

Inadmissilbe que chaque patient ne puisse bénéficier des examens qui lui sont nécessaires. Quant à moi la question ne se posait pas , si on m'avait posé la question oui je voulais que l on réanime Estelle, après c'est à chacun ses convictions.

Article paru le O4 Mai 2007 dans le FIGARO

La décision de continuer à réanimer un malade dans le coma après un traumatisme crânien grave ou un arrêt cardiaque est parfois difficile à prendre. Car, quel sera le niveau de handicap à l'issue de la réanimation ?

Selon le Dr Damien Galanaud (Neuro-radiologie, hôpital Pitié-Salpêtrière, Paris), depuis l'installation d'une imagerie par résonance magnétique nucléaire (IRM) et d'une spectroscopie par résonance magnétique (SRM) dans son service, le nombre de personnes en état végétatif chronique à l'hôpital a diminué. « L'IRM et la SRM, en cas de coma lié à un traumatisme crânien ou à un arrêt cardiaque, peuvent permettre de réaliser un bilan précis de l'atteinte cérébrale, » soutient Damien Galanaud. Cela permet à l'équipe soignante d'évaluer les séquelles prévisibles et d'informer la famille.

L'objectif est d'éviter de réanimer de façon inutilement intensive des malades dont le pronostic neurologique est sombre. « Toute une science du pronostic est en train de se développer, relève le Pr Louis Puybasset (Réanimateur, hôpital Pitié-Salpêtrière). Si l'IRM, au bout de quelques semaines de réanimation, met en évidence le fait que le cerveau n'apparaît plus viable, il peut devenir légitime de ne délivrer que des soins appropriés. » Plusieurs études sur ces questions sont en cours.

« Pourtant, ajoute le Dr Galanaud, de façon très paradoxale, seul un nombre très limité de patients dans le coma vont pouvoir bénéficier d'une IRM cérébrale. Cela est dû à l'équipement très insuffisant en matériel de ventilation et de monitorage compatible avec un examen en résonance magnétique, y compris dans les CHU, ainsi qu'à la surcharge des plannings. » La réalisation d'une IRM chez un malade intubé et ventilé dure de une à deux heures, compte tenu du temps nécessaire à l'installation du patient.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Fleurette33 09/05/2007 14:09

Finalement mon fils a peut-être raison en disant : "A chaque évolution on pert quelque chose".
Le monde est pourri, je voudrais devenir fourmi & ne plus penser que pour & par une communautée qui ne fait qu'un...
Gros pètales baignés de soleil ce tantôt.
 

GUESTBOOK ESTELLE

gagner de l'argent

Info

compteurs sicav

 
Nombre de visitesEstelle Vacances au Cap d'agde avec Maman

 

Liens